ci turu Yàlla laye tambalé midi àji yërëm jaam nëpu ci aduna di àji yërëm waay texe yi ci alaaxira
Rabbi as haabaka bil himmati wala tou rabbi him bid darsi fakhate...

Wakhtanou Koor ak Serigne Moustapha Mbaye

ville-touba-et-le-grand-magal

Ville Touba et le Grand Magal

Au début de sa réforme, le cheikh avait besoin de temps en temps de se retirer pour méditer et accomplir des actes de piété. Touba a été choisi dans ce cadre avant de devenir l’un des centres d’éducation évoqués plus haut.

Pour son fort attachement à cette localité, le cheikh a défini ce que devra être le comportement de ses habitants. Dans le poème Matlab-ul- fawzayn que d’aucuns considèrent comme le projet de Touba, il dit:


Mon Dieu, fais de ma demeure Touba

à l’image de son nom par considération au Prophète.

Je Te prie de faire d’elle une demeure pour la piété,

le savoir et l’ascension spirituelle;

Je Te prie de faire d’elle un lieu d’obéissance au Très Miséricordieux

et un échappatoire à Satan le maudit

(...)
Fais d’elle en permanence une demeure pour l’apprentissage,

un endroit pour la méditation et la réflexion

Et une demeure pour l’orientation et l’instruction

Fais d’elle une demeure où l’on sort des ténèbres

vers la Lumière, et préserve-la de tous les transgresseurs.

Je Te confie à jamais ma personne, ma religion, les miens et ma demeure.


Le grand Magal de Touba:

L’historique:


L’exil du cheikh, les épreuves qu’il a eu à subir, l’échec des autorités coloniales quant à leurs tentatives de le dévier de ses objectifs, les effets positifs de cet exil sur son appel- tout cela représente sans doute une victoire pour lui et pour les principes qu’il incarnait.

Conformément à son habitude de manifester sa gratitude envers Dieu au moment de réalisation d’un vœu ou d’éloignement d’un mal, il a consacré le 18e jour du moi de safar (l’anniversaire de sa sortie de Mbacké Bary et de son arrestation) jour de davantage d’actions de dévotion à Dieu et a demandé à ses adeptes et à tous les musulmans de faire autant en guise de rendre grâce à Dieu.

Le jour du Magal chacun accomplissait, là où il était, des actes de dévotion qu’il pouvait (lecture ou récitation du Coran, prières pour le Prophète, rendre visite aux proches, donner de la charité...) sans rassemblement. C’est le 2e khalif qui a eu l’idée, vers la fin des années quarante, de réunir les adeptes à Touba à cette occasion pour pouvoir les rencontrer et discuter avec eux des questions qui concernent la communauté mouride en particulier et les musulmans en général.

Ce que les fidèles tiennent à faire durant le Magal:


Dans le cadre des actions de piété signalées plus haut (lecture ou récitation du Coran, prières pour le Prophète, rendre visite aux proches, donner de la charité...), les adeptes tiennent plus particulièrement à accomplir les actions suivantes:

1- Lire, réciter et/ou chanter les poèmes du cheikh à l’honneur du Prophète- Paix et Salut sur lui
2- Dépenser dans la voie de Dieu sous deux formes:
- les hadaya (dons): contributions des adeptes aux projets de l’intérêt général. Ce sont les dirigeants de la confrérie qui les reçoivent;
- les aumônes: sont versées dans des caisses spéciales et sont distribuées aux pauvres et aux nécessiteux après le Magal.
3- Recueillir auprès du mausolée du cheikh et de ceux de sa famille et de ses disciples
4- Visiter les lieux touristiques à Touba.

Un regard sur “Recueil des poemes des Mauritaniens a l’honneur du cheikh” suffit pour avoir une idée de l’ampleur de ce respect et de cette estime. On y trouve, entre autres, des témoignages de Cheikh Sidiya Baba, Cheikh Saad Bou, etc.

Tûbâ signifie “félicitè” (voir le Coran: Sourate XIII, verset 29); il est aussi, selon la tradition du Prophète, le nom d’un arbre au Paradis

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

copyright Al-himma 2010-2017